Tiques et puces chez le chien, le chat:

attention elles reviennent !

Présentes tout au long de l’année et exigeant un traitement régulier pour les combattre, tiques et puces sont en très grand nombre en automne. C’est avec le printemps la saison où le risque est maximal. Assurer une bonne hygiène  et préserver la santé de son animal et de son entourage est prioritaire.  

Le risque que représentent les puces et les tiques (grattages, allergies, transmission de maladies…) existe tout au long de l’année. 
Mais c’est en automne, avec le printemps, que ce risque est à son stade maximal. Une bonne raison pour ne pas baisser la garde. Et de penser à traiter à l’aide d’un antiparasitaire efficace ces hôtes indésirables. 
Une question de bien-être et de santé 
C’est une question de bien-être mais surtout de santé pour les animaux et leur entourage : aussi bien les congénères, les autres espèces que les humains. 
Un traitement qui bénéficie d’une prise en charge de l’assurance santé animale
Ce genre de traitement n’est pas à prendre à la légère. Il est peu onéreux au regard des problèmes que son absence ou son irrégularité peuvent occasionner. Même sortant peu ou pas du tout (comme c’est le cas des chats d’appartement), le risque zéro n’existe pas en matière de parasites externes. 

S’en référer au vétérinaire pour choisir le traitement contre puces et tiques le mieux adapté
Le vétérinaire est un conseiller de choix dans la prescription du traitement le mieux adapté. 
Certains antiparasitaires, lorsque chien et chat (ou bien encore furet) vivent ensemble ou se côtoient, ne peuvent par exemple pas être utilisés indifféremment sur l’un et l’autre. Ainsi, la perméthrine contenue dans certains antiparasitaires pour chien ne doit pas être utilisée chez le chat. D’où l’importance de bénéficier des conseils du vétérinaire. 
Il existe de nombreuses armes pour lutter contre les puces et les tiques : spray, pipettes (spot-on), etc. Le vétérinaire conseillera le maître sur le produit que ce dernier trouve le plus pratique à utiliser. 
A noter que certains traitements protègent contre les puces et les tiques en même temps ; ils peuvent aussi offrir une certaine résistance à l’eau, ce qui peut être pratique notamment chez le chien qui reviendrait mouillé de promenade ou celui qui aime se baigner (le début de l’automne est encore propice à cela dans certaines régions pour les chiens qui aiment l’eau !). 
Une efficacité soumise à une application correcte du produit
Mais encore faut-il bien l’appliquer afin d’obtenir une bonne protection. Là aussi, le professionnel de la santé animale détaillera les bons gestes, la bonne technique. Cela est simple et sans aucune contrainte pour le chien ou le chat que l’on peut toujours penser à récompenser après ce « petit » entretien. 
Ne pas négliger l’inspection régulière de son animal
Une inspection régulière devra également être opérée afin de s’assurer de l’absence de parasites sur le corps de l’animal. 
Traiter l’environnement en cas d’infestation

Au besoin, l'environnement fera l’objet d’un traitement spécifique, notamment contre les puces qui se nichent facilement un peu partout, dans les moindres recoins. Il existe pour cela des foggers. Des traitements permettent aussi de traiter l’extérieur de la maison. 
Quant aux tiques, présentes à la campagne (hautes herbes, champs, bois…), on les trouve également dans les villes (jardins, parcs de promenades pour animaux, etc.)
Les coussins lavables dorénavant facilement en machine seront eux aussi nettoyés régulièrement. 

Quels dangers représentent les tiques et les puces ? 
Les tiques peuvent transmettre des maladies aux chiens et chats, dont certaines sont graves et lourdes à traiter : piroplasmose, erlichiose, maladie de Lyme. 

Si malgré toutes les précautions prises, une tique est repérée sur le corps de l’animal, il convient de l'extraire au plus vite possible (ou bien se rendre chez le vétérinaire en cas de doute). Il existe pour cela des crochets permettant l’extraction d’une tique sans avoir à utiliser quelconque produit, sans risque de laisser la tête de la tique plante dans la peau de l’animal, et sans douleur pour ce dernier. Un petit « accessoire » très pratique qu’il faut penser à avoir en permanence dans la trousse de soins de son compagnon. 
Les puces sont responsables de démangeaisons. Mais certains chiens et chiens peuvent aussi présenter des allergies aux piqûres (salive) de puces (DAPP : dermatite par allergie aux piqûres de puces). Par ailleurs, la puce être responsable d’anémie plus ou moins sévères ou bien encore aussi transmettre des vers. 
Ne pas oublier non plus le vermifuge

Demandez conseil à votre vétérinaire et son équipe soignante. 

Source /SantéVet